Entre le FC Lorient et l’Atlético de Madrid, Kévin Gameiro a sa préférence !

Dans la rotation du Racing Club de Strasbourg depuis le début de cette saison 2021-2022, Kévin Gameiro revient d’une période importante de sa carrière en Espagne. Séville, Atlético, Valence, il a connu de nombreux clubs jouant l’Europe avant de revenir dans son premier club professionnel. Passé par Lorient et Paris, il a évoqué certaines anecdotes croustillantes cette semaine en interview.

Illustration : "Entre le FC Lorient et l’Atlético de Madrid, Kévin Gameiro a sa préférence !"

À titre individuel comme collectif, Kévin Gameiro a livré une carrière européenne pleine. Jamais nommé parmi les références à son poste, il a tout de même inscrit son nom plusieurs fois au palmarès de la Ligue Europa notamment, en mettant d’accord un certain nombre de défenses espagnoles depuis son arrivée en 2013. Au moment d’évoquer la relation développée avec les différents coachs qu’il a connu dans sa longue épopée, ses réponses sont par moments surprenantes, et ne tarissent pas d’éloges son passage chez les Merlus.

La bienveillance de Gourcuff, la dureté de Simeone

Passé par le FC Lorient entre 2008 et 2011, l’attaquant français était entraîné par le technicien Christian Gourcuff à son arrivée en terres bretonnes. Alors qu’il consent le fait que signer à Lorient ne faisait pas partie de ses premiers objectifs, Kévin Gameiro raconte la manière dont l’entraîneur des Merlus l’a convaincu de rallier son équipe : « J’ai eu un coup de fil du coach, qui m’a dit ‘je vais te faire jouer dix matchs. Même si tu es nul pendant neuf matchs, mais que tu es bon au dixième du continueras’. Quand tu as un coach qui te dit ça, tu es beaucoup plus serein, tu peux être en confiance, et c’est pour ça que j’ai signé au FC Lorient ».

Des mots bienveillants qui l’ont décidé à signer dans un club avec lequel il a joué 120 rencontres pour 56 buts inscrits. Une réussite précoce qui l’amena à aller jusqu’en Espagne, puis à signer chez le finaliste de la Ligue des Champions en 2016, l’Atlético de Madrid. Aligné aux côtés de joueurs incontournables comme Antoine Griezmann, Yannick Carrasco, ou encore Jan Oblak, Kévin Gameiro avait tout pour s’intégrer dans une équipe ambitieuse et performante. Cela dit, sa relation avec le coach argentin Diego Simeone, réputé pour son exigence extrême, ne s’est pas passée aussi agréablement qu’à Lorient. Il raconte : « C’est vrai que parfois certaines choses n’étaient pas très compréhensibles. Je me souviens d’un match en Ligue des Champions, je fais un match exceptionnel et il me sort à la 66e minute. […] Que je sois bon ou pas, que je marque des buts ou non, j’avais toujours peur qu’à la 60e minute, je voie mon nom affiché sur le panneau ».

Des souvenirs qui ne sont pas les meilleurs de sa carrière au sein du groupe colchonero, vainqueur de la Supercoupe d’Europe après son départ en 2018.

Encore plus de football

Voir plus