Suivez-nous!

Football

Etienne Green, incroyable mais Vert !

Il y a de ces histoires qui sont belles, qui commencent à l’orée d’une rencontre de Ligue 1, dans le sprint finale pour la course au maintien. Il y a de ces hommes que l’on n’attendait pas au tournant et qui pourtant nous tendent la main. Dimanche, face à Nîmes, Etienne Green a sauvé les siens. Qui est le sauveur des Verts, 3e dans la hiérarchie ?

Ce week-end, Saint-Étienne n’avait d’autre choix que de s’imposer, pour continuer de lutter pour le maintien. Si la saison est difficile du côté de la Forez, c’était sans compter sur le baptême d’Etienne Green. Troisième gardien de but dans la hiérarchie, Etienne Green est à l’ASSE depuis ses 9 ans. Et depuis la signature de son premier contrat professionnel avec les Verts, en juin dernier, la natif d’Angleterre n’avait jamais connu sa première avec les pros. Jouant en majeure partie avec la réserve, il intégrait le groupe professionnel il y a peu. Mais dans la hiérarchie, Jessy Moulin et Stefan Bajic étaient déjà loin devant.

Pourtant, voilà, il suffit parfois d’un coup de pouce du destin. Et quand on s’appelle « Etienne Green » ce n’est pas anodin. Un dimanche de Pâques, le gardien stéphanois s’est dévoiler au grand public, et c’est bien plus qu’un costume de remplaçant qu’il enfilait, c’était bien la tenue d’un héros.

UNE PREMIÈRE INOUBLIABLE

En cette reprise du championnat, après deux semaines de trêve, les Verts étaient en mission pour le maintien. La saison a été compliquée à Saint-Étienne, et le dernier revers subit à domicile face à Monaco, n’avais pas laissé un bon souvenir au vestiaire. Pour se rattraper ? Il fallait absolument l’emporter au Stade des Costières. Ce dimanche de Pâques, les étoiles étaient vraisemblablement bien alignées, pour Sainté.

Les deux premiers gardiens blessés, Claude Puel n’avait d’autres choix que de faire appelle à la jeunesse. Un choix audacieux, qui se révélerait être un choix payant. Si peu avant la demi-heure de jeu les Verts prenaient l’avantage, grâce à une réalisation de Khazri, Hamouma doublait la mise après l’heure de jeu. Mais à la 84’, le match aurait pu être relancé, suite à un penalty accordé pour Nîmes. Malheureux dans son geste, Etienne Green sauvait les Verts, en arrêtant le premier penalty de sa carrière en pros. L’aventure s’annonçait alors, déjà belle.

Green : « C’est vraiment une fierté »

Il y a pire comme première que de faire un clean sheet. Si certains parleront d’une certaine chance du débutant, d’autres diront que rien n’arrive au hasard, et que s’appeler Etienne Green à Saint-Étienne ? C’est bien plus qu’une simple anecdote. La fierté est grande pour ce pur produit du centre de formation des Verts. Interrogé après la rencontre, par Canal +, le principal intéressé n’a pas caché son bonheur : « C’est vraiment une fierté de faire mes débuts à l’AS Saint-Étienne. Je suis au club depuis que j’ai 9 ans, ça fait un bout de chemin. Je réaliserai dans le vestiaire ou dans le bus du retour. Le penalty ? Je suis un peu surpris qu’il y ait faute, pour moi, je mets les mains sur le ballon. Après, on avait regardé à la vidéo. Je savais qu’il ouvrait le pied, j’ai décidé de partir à gauche et je l’ai sorti. Mon nom ? Mon prénom a un lien avec Saint-Étienne. Je suis né en Angleterre, ma mère est française et mon père est anglais. Pour rappeler la France à ma mère, ils ont décidé de m’appeler Étienne, par rapport à Saint-Étienne. »

La patience est une vertu, et Etienne Green s’est montré patient. À l’issue de cette longue attente ? De la reconnaissance. Et c’est contre les Girondins, le week-end prochain, qu’il devrait réitérer le challenge. Alors, simple coup de chance ou véritable bouffée d’air pour un effectif en perdition ?

Commenter

Laisser un avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Ne manquez pas

+ de Football