Suivez-nous!

Football

Euro : Que retenir des matchs de préparation de la France ?

A quelques jours du début de l’Euro 2020, plusieurs favoris à la victoire finale se dégagent. La France est souvent citée comme l’équipe la plus à même de prétendre à la victoire finale. Les matchs de préparation contre le Pays de Galles (3-0) et la Bulgarie (3-0) ont livré certains enseignements sur la forme de l’équipe de France. Que retenir de ces deux matchs et quelles leçons en tirer ?

Une charnière centrale solide et complémentaire

Que ce soit contre les Gallois ou contre les Bulgares, la charnière centrale Varane-Kimpembe s’est montrée sous un visage séduisant. Entre un Varane très bon dans l’anticipation et un Kimpembe très puissant, ces deux-là n’ont quasiment rien laissé aux attaquants adverses. De plus, la qualité de leur jeu au pied a fait du bien aux Bleus. Les passes de Kimpembe ont permis de casser les lignes et de faire jouer le trio offensif. De très bonne augure pour les matchs contre l’Allemagne, le Portugal et à moindre mesure contre la Hongrie.

Des latéraux en demi-teinte

Si il y a un poste où Dider Deschamps n’a pas dû être rassuré par les matchs de préparation, c’est bien celui de latéral. Hernandez, bien qu’il ait plutôt bien réussi à contenir Gareth Bale, n’a pas réussi à être très dangereux offensivement. Dans un système en 4-4-2 losange où les latéraux doivent apporter le surnombre offensivement, cela peut poser problème. Le constat est un peu le même pour Benjamin Pavard. Que ce soit contre la Bulgarie ou le Pays de Galles, il a manqué de qualité technique et d’initiative pour créer de réelles situations dangereuses. Par ailleurs, il a été malmené par Daniel James et n’a pas rassuré sur ses aptitudes défensives. Digne, lui, a été plutôt intéressant. Le latéral d’Everton s’est rendu très disponible et a souvent essayé de se projeter. Ses centres ont parfois manqué de qualité pour trouver preneur dans la surface mais il s’est globalement mis en valeur lors de ces matchs de préparation. Jules Koundé, pour sa première sélection, a été très solide, lui l’habituel défenseur central. Il a très peu perdu le ballon et a essayé de jouer simple.

Au milieu, la confirmation Pogba et la promesse Tolisso

Très bon contre le Pays de Galles et rayonnant contre la Bulgarie, Paul Pogba a prouvé qu’il était l’une des pièces maîtresse ce cette équipe de France. Lors de cette préparation à l’Euro, il a joué très juste, variant les passes courtes et les longues transversales. Il a délivré plusieurs caviars pour ses attaquants, à l’image de cette passe en profondeur lobée pour Benzema contre la Bulgarie. Tout juste remis de sa grave blessure avec le Bayern, Tolisso a montré à Deschamps qu’il pouvait prétendre à une place de titulaire durant l’Euro. Très présent au milieu de terrain, il a été bon dans ses transmissions. Il revient à un niveau intéressant à une semaine de l’Euro. De son côté, Adrien Rabiot a sûrement perdu des points. Un peu nonchalant contre le Pays de Galles, il n’a pas beaucoup pesé sur le milieu de terrain. Il a même semblé retomber dans les travers qu’il avait déjà montré auparavant en équipe de France, à savoir l’impression qu’il ne donne pas son maximum. Enfin, le récent vainquer de la Ligue des Champions N’golo Kanté a fait un match correct contre la Bulgarie, dans le rôle de harcèlement du porteur du ballon qui lui est cher.

Devant, quelques certitudes mais des interrogations

Toute la presse française et européenne ne parlait que de ce trio. Sur le papier, c’est vrai que le trio Mbappé-Benzema-Griezmann fait rêver. En pratique, il pose quand même beaucoup de questions, notamment tactiques. Si le match contre le Pays de Galles a été plutôt prometteur pour ce trio, avec un nombre très important d’occasions pour Benzema, la première mi-temps contre la Bulgarie a mis en lumière les difficultés que le trident offensif pouvait avoir. Dans le 4-4-2 losange mis en place par Deschamps, les 3 attaquants ont un rôle assez libre sur le terrain. Grâce à leur intelligence dans le jeu, ils arrivent à ne pas se marcher dessus. On voit souvent Benzema décrocher et Griezmann aller se placer sur un côté. Cela a plutôt bien marché contre les Gallois avec un très bon Karim Benzema, mais l’analyse est un peu faussée par le carton rouge prématuré reçu par Williams. Cependant, contre la Bulgarie, Mbappé a trop cherché à trouver Benzema, quand bien même la situation ne l’imposait pas. Un peu à l’image de ce qu’il a pu parfois faire avec Neymar au PSG. Cette volonté de toujours faire la passe à son coéquipier madrilène s’est soldée par plusieurs pertes de balles. Benzema a, de son côté, trop touché le ballon dos au but pour se montrer dangereux. Contre les bulgares, il a ainsi souvent pu aider à la construction du jeu mais ne s’est quasiment jamais retrouvé à la finition. Dans ce trio, seul Griezmann s’est montré à son avantage lors des 2 matchs. Il a réussi à la fois à être un relais intéressant entre la défense et l’attaque mais également à faire jouer ses compères de devant en cherchant systématiquement à aller de l’avant. Auteur d’un superbe retourné contre la Bulgarie, il s’affirme comme le meneur de jeu des Bleus.

Des remplaçants au niveau

C’est l’un des points positifs de cette préparation. Les remplaçants ont prouvé que l’on pouvait compter sur eux pour l’Euro. Or les remplaçants sont déterminants dans une compétition comme l’Euro, ce n’est malheureusement pas le portugais Eder qui nous dira le contraire. Avec son but inscrit contre les Gallois et ses percussions à répétition, Dembélé a prouvé qu’il était de retour au plus haut niveau. Tout comme Olivier Giroud, qui malgré son temps de jeu quasi inexistant à Chelsea reste un excellent buteur en équipe de France, en atteste son doublé contre la Bulgarie. Lemar s’est également illustré en prenant de nombreuses initiatives sur le front de l’attaque. Tout comme Coman contre le Pays de Galles, qui a joué sur ses qualités d’explosivité et de vitesse en mettant en difficulté les défenseurs Gallois. Enfin, Ben Yedder a délivré une superbe passe décisive pour Giroud contre la Bulgarie. De quoi rassurer Deschamps à une semaine de l’Euro.

Ainsi, la France a confirmé son statut de favori durant ces matchs de préparation. Quelques ajustements restent néanmoins nécessaires. Rendez-vous dans une semaine contre l’Allemagne à Munich…

Commenter

Laisser un avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Ne manquez pas

+ de Football