Suivez-nous!

Football

Paris se rattrape, Nîmes fait du sur place

Pour sa 23e journée de Ligue 1, le Paris Saint-Germain recevait le Nîmes Olympiques, pour une rencontre aux enjeux diamétralement opposés.

Nîmes n’y arrive définitivement pas cette saison. Malgré une victoire obtenue le samedi 16 janvier, au stade Vélodrome, face à une équipe de Marseille en crise, les Crocos n’ont plus côtoyé la victoire depuis le 23 août, contre Brest. Une saison bien compliquée pour l’effectif de Jerôme Arpinon, à qui le PSG n’aura laissé aucune chance ce mercredi soir.

Côté Parisien, quelques jours seulement après la défaite surprise face à Lorient, Mauricio Pochettino et les siens, se devaient de recoller avec la victoire pour demeurer sur le podium et ainsi rattraper le retard pris sur Lyon, et Lille.

Ainsi, peu après le quart d’heure de jeu, une erreur de passe de Fomba causait entraînait l’ouverture du score par Angel Di Maria. (18’)
Un début de match logiquement en faveur du PSG, accentué par une tête de Sarabia, survenu a la 36’, pour percer le portier nîmois.

Et si en seconde période les Crocos se sont montrés plus intéressants, c’est probablement dû à un ralentissement du jeu côté parisien, permettant à Moussa Koné et les siens de s’approcher de la surface parisienne, et notamment du côté de Thilo Kehrer, en grande difficulté lors de cette rencontre.
À la 68’, Kylian Mbappé venait crucifier le Nîmes Olympique sur une passe décisive de Leandro Paredes.

POCHETTINO SATISFAIT ET PRÊT POUR LE CLASSIQUE

Interrogé après la rencontre, le tacticien argentin n’a pas caché sa satisfaction envers la prestation délivrée par son équipe, évoquant au passage le classique de ce dimanche : « Nous étions très déçus après la défaite à Lorient. En première période, nous avons bien répondu. Après la pause, on a levé le pied, on a plus contrôlé. On a pu penser à la prochaine rencontre. (…) On s’améliore peu à peu. Nous devons encore progresser dans les transitions. On cherche le meilleur équilibre. (…) Ce sont toujours des matches différents, avec beaucoup de passion. Cela représente beaucoup pour nos joueurs, pour nos supporters. Je suis triste de ce qu’il s’est passé à Marseille. Je connais bien André Villas-Boas, on s’est croisé à Tottenham. On ne peut pas prévoir ce qui va se passer dans un classique. (…) Contre l’OM, il faudra jouer à fond pendant 90 minutes, comme une finale de Ligue des champions. », confiait l’entraîneur parisien, qui a déjà connu sa première contre l’OM lors du trophée des Champions 2020.

« IL FAUDRA GAGNER CONTRE NOS CONCURRENTS DIRECTS. »

Jerôme Arpinon, entraîneur du Nîmes Olympique, s’est a son tour livré sur le spectacle proposé par ses joueurs : « Nous avons été timides en première période, nous avons manqué d’impact. J’ai demandé à aller les chercher plus haut, notamment en deuxième période, où nous avons été meilleurs. Il faut s’appuyer là-dessus. Le premier but vient d’une passe négative. Noël est pourtant terminé ! (…) J’ai voulu faire tourner quelques joueurs, notamment Lucas Deaux ou Moussa Koné. Nous sommes à quatre points du barragiste, avec un match en moins. Cela peut aller vite. Nous avons joué contre des gros, et notre calendrier va s’alléger. Il faudra gagner contre nos concurrents directs. », et si le tacticien français demeure optimiste, il devra compter sur la motivation de ses joueurs pour affronter Monaco, ce dimanche, dont les bons résultats semblent inaretables.

Commenter

Laisser un avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Ne manquez pas

+ de Football